AllemagneBerlin

Une soirée berlinoise

Süss war Gestern, voilà un nom qui en dit long. Littéralement : « hier était doux » mais très clairement intraduisible. Vous avez passé une bonne soirée dont vous vous souvenez  (ou pas) ? Et bah voici sa signification !

Dans cet article je parlerai seulement (ou presque, voir le paragraphe sur un club électro à la fin de l’article) de ce bar mais il en existe aussi d’autres comme le Sanatorium 23 ou des plus petits sous les noms de Rosi’s, Suicide Circus ou Salon Zur Wilden Renate.

Pourquoi celui-ci ? Car c’est celui que je connais le mieux, dans lequel je me suis rendue plusieurs fois entre 2013 et 2017. Et puis, il a des caves avec des murs en pierre, de la décoration faite à partir de récupération (même le papier peint possède de vieux motifs) et des lumières chaudes tamisées. Une ambiance bien spéciale. Sans oublier les boissons qui sont quand même très peu cher pour un bar de nuit (soft comme alcoolisées).

P.S. : L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.

DSC03964 copie


Codes d’une soirée à Berlin

D’abord, ne sortez pas la mignonne petite robe et les talons ou la chemise blanche avec les mocassins. Le chic n’est pas de vigueur. Les berlinois préfèrent les styles plus extravagants, plus travaillés à la manière d’un artiste qui s’exprime avec son corps et son esprit. Vous voyez ce que je veux dire ? Allez-y simplement et si vous le souhaitez, n’hésitez pas à sortir vos vêtements les plus atypiques (mais pas trop quand même !).

Ensuite, n’ayez pas l’air d’avoir trop bu ou d’avoir pris une drogue quelconque, d’être ennuyé ou de râler à cause de la queue, etc. Ça pourrait vous valoir un refus en bon uniforme. En vérité, les allemands s’occupant des clubs (un peu comme les autres) sont stricts et cool à la fois ; ils ne prendront pas le risque d’avoir un verre qui vole en éclat parce que vos doigts ne sont plus capables de le tenir.

Dans les bars, comme au Süss war Gestern, il y a vite énormément de monde. Essayez donc d’arriver suffisamment tôt pour vous faire une place. Sachez quand même que les allemands ne sortent pas vraiment avant 23h00. Mais tous les jours de la semaine, vous pouvez trouver votre bonheur. La semaine est d’ailleurs moins « bondée » que le weekend.

Pour finir, comme en France, évitez les gros groupes. Nous sommes rentrés à 21h30, un samedi soir de novembre (pas moins de monde qu’aux beaux jours) avec un groupe d’amis de 9 personnes.  Mais ce n’est pas un bon exemple, vous pourriez vous faire refuser. L’heure peu tardive a surement joué en notre faveur. Si vous êtes nombreux, faites des petits groupes.


Une soirée au Süss war Gestern

D’abord, l’entrée est gratuite. Passez devant le videur, il vous dira si vous pouvez avancer. Ne rentrez surtout pas s’il se trouve devant la porte et qu’il ne vous a pas dit de le faire. Il pourrait vous refuser plus vite que prévu.

Ensuite, passez au vestiaire. Il n’est pas obligatoire. Mais à 2€/article et avec le monde présent tous les soirs, mieux vaut ne pas s’embêter avec ses affaires. Ne perdez pas le ticket en papier. Sur le comptoir, un panneau indique que si vous venez pour demander de prendre quelque chose dans  votre sac ou manteau, c’est la sortie définitive pour vos affaires. Un peu strict mais quand vous voyez le monde qu’il y a pendant la soirée, vous comprenez mieux pourquoi.

Puis, prenez le couloir pour vous rendre dans la salle du rez-de-chaussée où le bar est déjà caché par plusieurs personnes (à 21h30 déjà !). Ici vous pourrez écouter le premier set électro du DJ avant que la cave ouvre, boire une bière à moins de 3€ (en forçant un petit peu pour avancer vers le bar et vous faire voir) ou un cocktail (Mojito ?) à 4,50€ et vous asseoir dans les épais canapés en vieux cuire s’il reste de la place. Observez la décoration. Elle vous transporte vers un autre univers. Un documentaire animalier est projeté sur un grand écran ; dans un coin, certains berlinois jouent déjà à la Super Nintendo, la seule disponible à l’étage. Et puis il y a les lumières, chaudes et de récupération, comme tout ce que vous pouvez trouver dans ce bar.

DSC03950 copieDSC03957 copieDSC03962 copie

Minuit sonne. Bon, parfois 1h00, il n’y a pas de règle précise ! La cave ouvre enfin ses porte. Le bar du rez-de-chaussée se vide quelque peu. Direction la salle par laquelle vous êtes rentré, proche du vestiaire, pour descendre dans les entrailles de la nuit.

DSC03965 copie

Une première salle. De la musique électro est diffusée. Des lumières sont projetées dans tous les sens et vous perdez un peu le sens de l’orientation. Les corps bougent, les têtes se balancent, les lumières fusent.

Les DJs changent en fonction des soirées. Vous pouvez vous renseigner de la programmation sur internet.

DSC03966 copie

On continue. Toutes les salles se suivent, pas possible de prendre un autre chemin pour aller plus loin.

Arrivée dans un petit hall, à gauche un escalier, tout droit un bar, à droite des canapés. Un endroit plus calme où les décibels atteignent nos oreilles plus doucement.

DSC03968 copie
Les visages sont floutés pour préserver l’anonymat des personnes.

Descendez l’escalier. Attention, il est assez étroit donc difficile d’y passer à plusieurs ! En bas, vous arrivez dans un couloir éclairé de fausses bougies, des appliques aux murs. Au bout du couloir sur la gauche, d’autres toilettes. Tout droit, une troisième salle.

Ici c’est des musiques actuelles, des années 80 ou 90. Pour résumer. Mais il y a un peu de tout. C’est une salle parfaite pour un groupe d’amis écoutant des musiques assez différentes. Bien sur, les sonorités restent quand même sur un style où l’on a envie de bouger et de se déhancher.

DSC03971 copieDSC03972 copie

Si vous traversez la troisième salle, vous arrivez de nouveau dans un bar. Toujours au sous-sol. Ici c’est aussi un peu plus calme mais il y a toujours autant de monde.

DSC03969 copie
Les visages sont floutés pour préserver l’anonymat des personnes.

Continuez sur la gauche de la salle, par un autre couloir, si vous souhaitez découvrir autre chose que de la musique.

Vous arrivez dans un vrai labyrinthe, trop compliqué à vous expliqué, il faut aller voir par vous même. Mais vous êtes au bout, vous ne pourrez pas aller plus loin. Vous trouverez donc sur la gauche une salle avec plusieurs Super Nintendo, en continuant toujours sur la gauche, une salle de karaoké, tout droit des petits salons calmes et éparpillés avec de vieux fauteuils confortables, puis sur la droite, de nouveau des toilettes ! Heureusement, parce que s’il faut tout traverser pour retourner avant la troisième salle ou au rez-de-chaussée, vous n’auriez pas fini !

DSC03976 copieDSC03977 copieDSC03979 copie

Dans ce bar alternatif, typique du Berlin Est d’aujourd’hui, vous pourrez donc vous amusez, entre amis ou en famille, et tout le monde y trouvera son compte !

DSC03978 copie


A savoir

C’est un bar fumeur. C’est autorisé à Berlin dans certains bars. Attention aux sensibles, il pourrait que ça vous irrite quelque peu.

La plupart des bars alternatifs et branchés se trouvent autour de la rue Simon Dach Straße. Süss war Gestern est moins connu et fréquenté principalement par des allemands. Ce qui ne lui enlève rien de son charme, bien au contraire !

DSC03975 copie


Et un club ?

Bien sur, dans les club berlinois les plus connus, il y a le Berghain. Une ancienne centrale électrique reconverti en club électro branché, au milieu d’un terrain désert proche de la Ostbahnhof (gare de l’Est). Mais faire la queue pendant plusieurs heures pour obtenir de la part du videur (Sven, plutôt très impressionnant correspondant au style du lieu, percé, tatoué et super baraque !) un « Nein. », c’est un peu décourageant. Préférez donc un endroit moins connu des touristes, plus reculé mais tout aussi atypique, si vous souhaitez absolument sortir. Comme nous ce soir là ↑ .

Ou alors, allez au Berghain le dimanche ! Vous aurez peut être plus de chance. Quoi que…

Pour quand même vous parler un peu de ce lieu mythique (que je connais de nom et de discussions seulement), bien plus accès électro que les bars alternatifs, voici un commentaire bien complet de Emily Pyt que j’ai trouvé sur le site Le Sortard :

« Alors voila, je ne suis pas encore remise de mon 1er Berghain! QQ conseils pour éviter de rester dehors ou de faire la queue trop longtemps : pointer vous tel un réel habitué des lieux, un dimanche en fin d’après-midi. Côté critères : ne cherchez pas à faire votre hipster allemand electrophile. Vous vous planterez à coup sûr. N’oubliez pas que vous etes la pour kiffer le son, danser, et pas pour vous faire ‘remarquer’. Tenue sombre de rigueur, baskets streets. Vous n’etes pas allemand.. Alors fermez là! Vous n’etes pas là pour faire du tourisme, rappelez vous… vous etes là pour le SON. Donc non loin du videur, on ne parle pas, on se la joue super discretos. Pas de bijoux, sobre sobre on a dit ! N’oubliez pas d’être crades, les cheveux frais lavés çà le fait pas du tout. Et votre gueule de petit minet réjoui (sans piercing ni tatouage apparent sur le visage) non plus.. Pas d’expression sur le visage. Et bien sur vous n’est pas un groupe de 150 potes, mais plutot des petits groupes de 2 ou 3 max. Vous n’etes ni trop jeune, ni trop vieux aussi, ca compte. Quand le videur vous demande (et si c’est sven marquardt alors là dites vous qu’au moins vous avez la chance de le rencontrer, c’est un mythe à Berlin, pas que pour le Berghain mais pour ces oeuvres photographiques), ‘ist das dein erste mal? (est ce votre 1ere fois au Berhain), la réponse est ‘nein’, bien sur que vous etes deja venu! La caisse est a gauche en rentrant, n’essayez pas d’aller tout droit (comme moi), pas de photos, pas de films.. Moi j’ai pris du son en mode dictaphone 🙂 A l’intérieur c’est difficilement descriptible tellement l’experience est unique.. Le Panorama est ptet un peu moins bourrin. Le DJ résident que j’ai eu dimanche en tout cas nous a mis cher, c’etait bonnn! Carrement addictif, c’est dur de partir.. Et la tu es content d’avoir mis tes baskets pour pouvoir danser 8h d’affilée… Entree 14 €, biere 3,50€; VIEL SPASS!! »

Un commentaire qui en dit long ! Lieu strict, adoré des fans d’électro qui n’ont pas peur à leurs tympans !


›› Infos pratiques (Süss war Gestern) :

  • Qui ?
    • Pour tout le monde de plus de 18 ans (majorité en Allemagne).
  • Quoi ?
    • Passer une bonne soirée typique de la capitale allemande.
  • Où ?
    • Wühlischstraße 43 – 10245 Berlin
  • Quand ?
    • Du lundi au samedi de 20h00 à 5h00.
  • Comment ?
    • A pied, en métro… Ou en voiture si vous désignez un Sam ! 😉
  • Combien ?
    • Entrée gratuite.
    • Vestiaire à 2€/article.
    • Bière entre 2,50€ et 3€.
    • Vin dans les environs de 3,50€.
    • Cocktail comme Mijoto à 4,50€.
    • Soft à partir de 1,50€.
    • Les prix indiqués datent de novembre 2017.
  • Pourquoi ?
    • Passer une bonne soirée avec des amis ou de la famille.
    • Découvrir l’ambiance des nuits berlinoises.
    • Ecouter différentes musiques mais principalement de l’électro.
    • Boire un verre.
    • Jouer à la Super Nintendo.
    • Chanter au karaoké.
    • Découvrir une décoration de récupération et s’asseoir dans des vieux fauteuils en cuire confortable !

Mais avant de passer une bonne soirée, pensez à vous restaurer. Vous trouverez une adresse typique juste en fasse du bar dans l’article Manger à Berlin ! 😉

Bonne soirée !

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Une réflexion au sujet de « Une soirée berlinoise »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *