AllemagnePotsdam

Sortir de Berlin, direction le parc Sans-souci !

Ce n’est pas un jeux de mot mais bien le nom de l’immense parc, au cœur de la ville de Potsdam. Le roi Frédéric II (dit Frédéric le Grand) préférait cet endroit calme et tranquille à l’agitation de Berlin, d’où le nom « Sans-Souci ».

A l’origine c’était un verger de la ville de Potsdam. Aujourd’hui, à une vingtaine de kilomètres de Berlin, il abrite des palais et pavillons dont le Schloß Sanssouci (Château Sans-souci), résidence d’été du roi prussien. Inscrit au patrimoine de l’UNESCO en 1990, ce parc avec ses palais est vraiment un endroit magique, chargé d’histoire et d’arts.

Nous avons visité le parc et les deux palais principaux en une demi-journée. C’était la course (les visites sont programmées à heures fixes) et nous n’avons pas pu voir tous les lieux du parc. Heureusement, j’avais déjà fait la visite en 2013, j’ai donc de vieilles photos à vous partager. De plus, si vous y allez en hiver comme nous, pensez que la nuit se couche tôt sur le parc, 16h30 en novembre. Et les monuments ferment aussi plus tôt. Prenez donc une petite journée pour votre visite et prenez le temps de pique-niquer dans le parc.

Allez ! Suivez-nous à travers les allées, les châteaux et les arts pour découvrir ce parc de presque 300 hectares !

¦Malheureusement les photos sont interdites dans les châteaux. Je peux donc seulement vous montrer l’extérieur. Sauf si vous demandez à payer 3€ pour la journée mais de toute façon, elles sont interdites à la publication.


Première étape : le Château Sans-souci

Comme bon nombre de visiteurs, nous avons commencé par ce château. Il se trouve proche de l’entrée principale et surtout de la billetterie (si vous ne les avez pas pris sur internet).

Vous pouvez d’ailleurs choisir de payer pour visiter plusieurs palais ou seulement pour un. Retrouvez les tarifs et informations sur le site du parc (pas très bien fait, il faut l’avouer…). Attention, il y a des horaires de visite fixes obligatoires pour l’intérieur des palais. Je vous parle de tout ça plus bas dans « Infos pratiques » ↓ .

Ce château a été construit entre 1745-47, puis élargi entre 1841-42, dans le style rococo. On parle aussi de rococo frédéricien car Sans-souci est une représentation des goûts du roi. C’était comme je le disais plus haut la résidence privée de Frédéric II où il pouvait se détendre. Il fallait que le château soit fonctionnel, d’où sa petite taille, son étendu sur un seul étage et l’espace assez restreint dans les pièces. Il recevait dans ce château ses amis et ses proches, comme Voltaire.

Nous arrivons donc, sous un ciel gris de novembre derrière le château où se trouve l’entrée. C’est un peu la course, nous avons encore nos sacs sur le dos, on vient de l’aéroport, quelques heures plus tôt. Cette visite est à faire si vous venez à Berlin plusieurs jours, voir une semaine. En revanche, si vous avez que 2 à 3 jours comme nous, ça peut être un incontournable comme ne pas l’être. Tout dépend de ce que vous aimez. Pour nous qui logions à Potsdam chez des amis, c’était dommage de passer à côté.

DSC03653 copie

Nous frappons car la porte est déjà fermée. La visite a commencé. La dame qui nous ouvre n’est pas très contente mais accepte de nous laisser rentrer avec nos tickets prévus pour la visite de 14h40. Elle nous ouvre une porte dans un coin, un immense placard, afin de déposer nos sacs et nous prévient qu’il n’y a pas de surveillance. Peu importe puisque la porte d’entrée est fermée !

Départ dans la première salle, au pas de course, on nous demande de passer le « 1 » de l’audioguide afin de rattraper les autres, nous sommes une bonne vingtaine de personnes. La visite se déroule donc avec un audioguide dans la langue de notre choix (français). Une personne du château nous montre le chemin et patiente pendant que le groupe écoute attentivement, chacun de son côté, le texte enregistré. Un peu spécial je vous avouerai, je préfère l’échange humain. Mais bon, c’est rentable et pratique pour eux, on ne peut pas dire le contraire !

Puis la visite continue. Les appartements du roi, la salle à manger, la salle de bal, la salle de concert, les appartements des invités, les appartements des gouvernants (très rapide car ils sont vides sauf une grande peinture de Andy Warhol représentant Friedrich (Frédéric en français)). J’en oublie surement.

La visite intérieur du château vaut le coup d’œil. Elle dure 40 minutes environ. Le fonctionnement de la visite ressemble un peu à une usine mais en passant outre, on est heureux d’être rentré. Les pièces sont bien meublées, même si les meubles ne venaient pas tous (au départ) du Château Sans-souci, les murs encore richement décorés.

Les deux pièces qui m’auront surement le plus marquée (et je vous parlerai que de celles-ci que vous puissiez avoir des surprises quand vous irez !), c’est lachambre de Voltaire, avec son décor d’oiseaux, de fleurs et de fruits. Vous pourrez même trouvé un écureuil si vous cherchez bien ! Ainsi que l’antichambre tout en marbre blanc, avec des immenses colonnes et des statues. Mais c’est vrai que dans l’ensemble, le château vaut le détour, c’est un concentré d’architecture et d’arts, autour des goûts du roi ! On peut dire que ce château ne ressemble pas vraiment à ce que l’on voit habituellement.

A la fin, on récupère nos sacs et on sort par là où nous sommes rentrées. Direction le parc qu’il faut traverser pour atteindre notre deuxième visite à 16h00 au Nouveau Palais. Nous avions un peu plus de 30 minutes, à peine le temps de faire quelques détours pour les différents lieux du parc.

DSC03661 copie
Derrière le palais Sans-souci.
DSC03658 copie
Derrière le palais Sans-souci.
DSC03659 copie
Derrière le palais Sans-souci.
DSC03655 copie
Derrière le palais Sans-souci.

Deuxième étape : traverser le parc

Nous décidons donc d’accélérer le pas pour en faire un maximum (qui sera finalement un petit minimum !). On passe derrière, qui est en faite le devant du château. On descend les escaliers en n’oubliant pas de nous retourner pour profiter de la vue sur le château.

DSC03662 copieDSC03665 copieDSC03668 copieDSC03672 copie

On arrive en bas, près de la grande fontaine. Les sculptures sont encore découvertes (en hiver, je les ai déjà vu sous une bâche). En nous retournant, on peut voir les vignes en terrasse. Bon, c’est moins flagrant qu’aux beaux jours cette végétation !

DSC03675 copieDSC03677 copie

Puis on continue sur la droite, dans l’allée qui nous emmène directement au Nouveau Palais.


Sur les chemins du parc

Tout au long des chemins, différents lieux sont disséminés dans le parc.

Malheureusement, nous n’avons pas eu le temps de nous y attarder. J’ai donc seulement des photos récentes de la maison chinoise ou des allées mais aucune ou qui datent de 2013 pour les autres bâtiments. Je vais devoir y retourner une troisième fois !

DSC03680 copie
Allée du parc en novembre 2017.

Au nord, il y a un moulin hollandais reconstitué, l’Orangerie et à côté un restaurant, le Drachenhaus (signifiant « maison du dragon ») dont les produits sont pour la plupart bio et du coin. Il propose aussi des dîners-concert/spectacle du temps des rois prussiens. Renseignez-vous sur le site pour connaître les menus et le déroulement. Une partie de l’Orangerie sert aussi à garder certaines plantes pendant l’hiver. Ce bâtiment est beaucoup plus récent car sa construction date d’un siècle après celle du château, soit au XIXe siècle, sous le règne de Frédéric-Guillaume IV. C’est un bâtiment imposant, long de 240 mètres et décoré de 478 statues.

IMG_6300 copie
L’Orangerie en 2013.
DSC03683 copie
A bout de l’allée, le moulin hollandais reconstitué, photo datant de 2017.

Si vous continuez un peu plus loin, toujours au nord mais plus vers l’ouest, à une des extrémités du parc, vous tomberez sur le Belvedere auf dem Klausberg (« Belvédère sur le Klausberg »). La traduction de Belvédère est « jolie vue ». Celui-ci permettait d’avoir une vue sur le parc ainsi que sur la ville de Potsdam (à l’époque). C’est la dernière construction de Frédéric le Grand. Il le souhaitait de forme ronde, avec deux balcons et un dôme, une représentation, pour lui, des palais de Néron à Rome.

IMG_6301 copie
Photo de l’hiver 2013 où il restait un peu de neige !

Autour de la grande fontaine, de laquelle on a une vue d’ensemble sur le Château Sans-souci, vous trouverez des petits coins un peu cachés. En longeant sur la droite lorsque vous faite face aux vignes en terrasse, la Neptungrotte (grotte de Neptune) qui date de 1751-57 et la Bildergalerie (mot à mot la « galerie des images ») construite en 1755-64. A gauche il y a les Neue Kammern (littéralement « nouvelles chambres »). Lorsque l’Orangerie était vide en été, Frédéric le Grand l’utilisait comme théâtre. Afin de protéger et stocker les orangers, la construction des Neue Kammern a vu le jour.

DSC03678 copie
Palais Sans-souci et vignes en terrasses en novembre 2017.

Sur le chemin principal entre la grande Fontaine et le Nouveau Palais, vous trouverez la Chinesisches Haus (« maison chinoise« ), construite entre 1754-57. Nous avons eu le temps de nous y rendre, il faut dire qu’elle était quasiment sur notre route. Les photos datent donc de 2017 !

DSC03689 copie

Elle montre bien l’engouement des royautés européennes de l’époque pour l’Asie et principalement la Chine, représentant l’exotisme. Des statues dorées de grandeur nature entourent le bâtiment, certaines jouent d’un instruments et d’autres boivent du thé. Toutes ont des trais asiatiques et toutes sont vêtues de splendides vêtements traditionnels. Les colonnes qui entourent cette maison ont elles une forme de palmier de couleur or. Cette maison fut construite quelques années après le Château Sans-souci.

DSC03690 copieDSC03691 copieDSC03692 copie

Au Sud du parc, vous trouverez les Bains Romains et la Hofgärtnerhaus (maison du jardiniers et les jardins) construits à partir de 1829. Puis en continuant votre chemin, vous tomberez sur le Château Charlottenhof (à ne pas confondre avec celui qui se trouve à Berlin), un petit château très blanc, aux colonnes blanches et à l’apparence entre pavillon de star US et temple romain ! Là encore, je n’ai pas de photo…

Un conseil : prenez une carte pour le parc car on se mélange vite les pinceaux ! Il est grand et il y a beaucoup de choses à voir.

En attendant une nouvelle visite dans ce parc (pour que je puisse vous partager des photos !), reprenons notre chemin sur la grande allée principale à partir de la grande fontaine et des vignes en terrasse en passant par la maison chinoise. Tout ça en direction du Neues Palais (« nouveau palais »).

DSC03682 copieDSC03685 copie


Dernière étape : Neues Palais

Le Nouveau Palais a été construit entre 1763-69, soit une vingtaine d’année après le Château Sans-souci. C’est le dernier palais que construit Frédéric le Grand, à la fin de la Guerre de sept ans, comme monument à son triomphe militaire et à sa gloire personnelle.

Celui-ci était principalement utilisé pour ses hôtes importants. Les salles étaient immenses, peu fonctionnelles, faite pour se distraire et les appartements somptueux !

DSC03697 copie

Sur les 200 salles que possèdent le château, seulement 60 sont ouvertes à la visite. Mais nous vous y trompez pas, ça prend quand même un sacré moment !

DSC03698 copieDSC03700 copie

L’entrée du palais se trouve derrière. Ici encore, nous sommes arrivées devant une porte fermée. 16h05. Sur notre ticket, le « 16:00 Uhr » (16h00) nous narguait. On nous avait pourtant prévenu à la sortie Château  Sans-souci que le parc était très long à traverser, même si tout au bout de l’allée, de la grande fontaine, on voyait déjà le Palais. Nous voilà donc à la porte, sous la pluie avec deux autres personnes dans le même cas, des françaises aussi ! Au bout de plusieurs minutes, on a donc décidé de frapper. Une allemande avec un sourire à l’envers nous ouvrit. Elle était un peu énervée et nous a dit de revenir pour la prochaine et dernière visite, celle de 16h30. D’accord, pas de problème, mais est-ce que l’on peut s’abriter ? La réponse fut non. Pas très accueillante ! Collées aux murs pour essayer de passer à travers les gouttes, nous avons attendu !

16h30 avait sonné. Nous avons donc pu passer la porte du Palais. On enlève nos sacs, les laisse dans des cassiers (trop petit pour mon sac de 30L), puis on se dirige vers un comptoir où on nous donne des audioguides en français. Ensuite, la visite se déroule comme pour le Château Sans-souci, on suit la personne en écoutant notre audioguide. C’était une visite express. Je pense qu’elle avait très envie de rentrer chez elle. C’est dommage, car la première fois que je suis venue, je suis tombée sur des personnes vraiment agréables.

DSC03703 copie

On passe par le vestibule, la Salle de la Grotte avec environ 20 000 minéraux et fossiles (très impressionnante, surement mon meilleur souvenir de ce lieu), la Galerie, sur le même principe que celle des glaces à Versailles et la salle de concert. Puis au premier étage par les appartements du roi et de la reine, qui dormaient ensemble à cette époque, et la salle de balle, immense, avec un sol en marbre magnifique et tellement lourd qu’il a du être refait à plusieurs reprises afin que la poutre du dessous ne cède pas.

Ce qui me marqua le plus dans cette visite, à part la Salle de la Grotte, ce sont trois bustes de Maures, entreposés dans la Galerie, certes au bout mais quand même parmi les bustes des nobles blancs. Deux bustes d’hommes et un de femme, dont le sein est découvert, montre donc l’importance qu’apporte le roi à ses domestiques. On peut dire que Frédéric II n’était pas un roi comme les autres. Quelques sources, dont certaines venant de Voltaire, dans son livre La Vie privée du Roi de Prusse, sous entendait que le roi avait un penchant pour les hommes, d’où le fait que les femmes n’auraient pas toujours été acceptées au château. C’était un roi très cultivé, qui aimait la musique et les arts, plus que la Guerre. Au grand damne de son père.

D’ailleurs en parlant de domestiques, vous pourrez en sortant ou avant de rentrer, voir des bâtiments de l’autre côté de la route, juste à la sortie du parc. C’était les Communs, construits entre 1766-69, servant aux domestiques et au cortège. On y trouvait à gauche lescuisines et la boulangerie puis à droite les appartements. Aujourd’hui c’est l’université de Potsdam.

DSC03704 copieDSC03701 copie

A la fin de cette visite, il faisait nuit noire. Il un peu plus de 17h, nous avons donc pris un bus puis un tram, direction le dîner chez des amis.


›› Infos pratiques :

  • Qui ?
    • Pour tout le monde.
  • Quoi ?
    • Découvrir des trésors architecturaux de l’histoire prussienne à 30 minutes de la capitale allemande.
  • Où ?
    • 14469 Potsdam
  • Quand ?
    • Le parc est ouvert tous les jours.
    • Le Château Sans-souci (visites à horaires fixes, voir « Comment ? » ↓) est :
      • fermé le lundi
      • ouvert de novembre à décembre de 10h00 à 17h00.
      • ouvert de janvier à march de 10h00 à 16h30.
      • ouvert d’avril à octobre de 10h00 à 17h30.
    • Le Nouveau Palais (visites à horaires fixes, voir « Comment ? » ↓) est :
      • fermé le mardi
      • ouvert de novembre à décembre de 10h00 à 17h00.
      • ouvert de janvier à march de 10h00 à 16h30.
      • ouvert d’avril à octobre de 10h00 à 17h30.
    • Pour les autres bâtiments, rendez-vous sur le site où vous trouverez toutes les informations (attention, certains sont en dehors de Potsdam sur ce site).
  • Comment ?
    • De Berlin, prendre le S7 jusqu’à Potsdam Hauptbahnhof puis le bus 695 jusqu’à l’arrêt Schloss Sanssouci. Vous y serez en 30 minutes du centre ville.
    • Attention, les horaires d’entrée pour les Palais sont fixes, entre deux les portes sont fermées. Il est donc intéressant d’arriver suffisamment tôt pour pouvoir organiser sa journée si vous n’avez pas pris les billets sur internet.
  • Combien ?
    • Entrée gratuite pour le parc.
    • Ticket combiné pour le Château Sans-souci et le Nouveau Palais : 19€. A réserver sur le site internet (pas très bien fait, en anglais ou en allemand) ou en arrivant au Visitor’s Center (billetterie).
  • Pourquoi ?
    • Découvrir l’architecture prussienne à deux pas de Berlin et des palais pas comme les autres.
    • Voir les œuvres de Frédéric le Grand, construites avec ses goûts personnels.
    • Prendre l’air dans un cadre très joli et pourquoi pas pique-niquer dans le parc.
    • En apprendre d’avantage sur l’histoire prussienne.
    • Manger et voir un spectacle d’époque dans l’Orangerie.

Ce lieu vous inspire-t-il ?

→ Pour encore plus de découvertes, rendez-vous dans la ville de Potsdam (un jour j’espère y retourner pour écrire un article !), très riche d’histoire et d’architecture malgré qu’elle ait été détruite pendant la Seconde Guerre mondiale.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *