Randonner en canoë et bivouaquer sur les îles de la Loire avec son chien

Randonner en canoë et bivouaquer sur les îles de la Loire avec son chien

21 septembre 2018 0 Par Clarisse

C’est en août 2017 que nous sommes partis en groupe de 10 copains + 4 pattes pour 48 heures de navigation sur la Loire à la force de nos bras.

Au départ de Saint-Benoît-sur-Loire, nous avons navigué pendant une quarantaine de kilomètres sur le fleuve le plus long sur le territoire français. Il nous a fallu deux petits jours pour parcourir ce trajet avec un arrêt pour la nuit aux alentours de Jargeau. L’arrivée s’est faite sous le soleil d’Orléans.

♥ Une belle aventure sur ce fleuve sauvage au rythme de la nature et de nos envies que vous pouvez retrouver sur YouTube.

P.S. : excusez moi d’avance pour la mauvaise qualité des photos, ce sont pour la plupart des arrêts sur image de la vidéo car à ce moment, je testais ma nouvelle mini-caméra avec sa coque imperméable et nous n’avions pas pris l’appareil photo (de peur qu’il prenne l’eau !).

Voici différents points pour vous aider :

  • La réservation des canoës, indispensable !
  • L’organisation et le déroulement pour mieux se préparer.
  • L’équipement à prévoir pour vous et votre chien.

⇒ Retrouvez aussi à la fin de l’article les Informations pratiques générales.


Où réserver un canoë autour de la Loire ?

Nous avons réservé nos canoës avec Absolument Canoë grâce aux informations trouvées sur leur site internet. Il existe aussi d’autres endroits où vous pouvez louer des canoës sur la Loire, celui-ci étant le plus proche pour nous.

 

IMG_1954 copie

Informations pratiques :
- Réservations au 06 08 31 44 01 ou par l'onglet contact de leur site internet.
- Différents points de rendez-vous existent. Ils sont à retrouver sur leur site. De notre côté, nous sommes partis du lieu dit le port, devant le camping de Saint-Benoît-sur-Loire pour arriver à Orléans sur le quai Barentin.
- Pour cette randonnée d'environ 40km en 2 jours, le prix est de 48€/adulte ou 45€/adulte si vous être un groupe de minimum 10 personnes.
- Les chiens sont autorisés à monter à bord des canoës.
- Du matériel (voir une liste exhaustive ci-dessous ↓) peut être prêté par Absolument Canoë comme des tentes 2 SECONDS ou un réchaud. N'hésitez pas à demander.

Déroulement de 48 heures sur la Loire

Lors de la réservation, nous nous sommes mis d’accord avec Absolument Canoë sur le parcours que nous allions effectuer. Nous n’avons pas versé d’acompte.

Avant la grande aventure, nous avions repéré les coins où il y avait des îles pour dormir (vous pouvez aussi le faire sur Google Maps). A mi-chemin, entre Châteauneuf-sur-Loire et Jargeau, plusieurs îles assez larges pour 10 personnes étaient « disponibles ».

Capture copie

Autre chose à laquelle on ne pense pas toujours, regarder l’heure du coucher de soleil. C’est toujours plus facile de monter sa tente et de s’installer quand il fait encore un peu jour ! A cette époque, il se couchait à 21h14, ce qui nous laissait une marge.

 

La veille, nous avons fait quelques courses pour faire nos sandwichs du premier midi, avoir de quoi petit-déjeuner le lendemain et préparer une salade composée commune (quinoa façon chili sympa même si un peu sec sans sauce, à retrouver sur ce site) que nous avons partagé dans deux grands contenants en verre avec couvercle afin d’éviter les assiettes jetables. Pour le dernier midi, nous comptions arriver aux alentours de 14h afin de directement manger en ville.

Nous avons aussi pensé aux bières ! Pour cela, nous ne nous voyons pas emmener une glacière ni même les attacher une par une derrière le canoë pour qu’elles soient fraiches. La solution la plus facile a donc été de s’arrêter dans une des villes. Pour nous ça a été le Super U de Châteauneuf-sur-Loire avec environ 20 minutes de marche. Le temps était compté de notre côté mais les petits magasins comme U express sont plus proches autour de Jargeau et Saint-Denis-de-L’Hôtel, villes après Châteauneuf-sur-Loire.

IMG_1951 copie

Avant de partir, nous devions laisser nos voitures à Saint-Benoît-sur-Loire, point de rendez-vous pour le départ. Mais pour que nous ne soyons pas obligé d’attendre les potentiels autres groupes afin de remplir le minibus et les remorques de canoës, on nous a proposé de déposer nos voitures à Orléans (places de parking gratuites près du Pont Joffre, sur le bord du Quai Saint Laurent) puis de nous emmener en minibus au départ de notre randonnée à Saint-Benoît-sur-Loire.

Nous avions donc rendez-vous à 13h00 à Orléans. Ici, nous avons donné nos chèques, chèques vacances et monnaie pour payer l’activité.

Là, nous nous sommes équipés de gilets de sauvetage, nous avons rangé les affaires qui craignent l’eau dans les bidons étanches (attention, il n’y en pas forcement pour tous les canoës si vous êtes nombreux !) et les autres affaires comme nos tentes dans des sacs poubelles (pour les protéger un minimum). Nous avions aussi demandé à avoir un canoë canadien (qui est beaucoup plus stable sur l’eau avec l’inconvénient d’être plus lourd donc de demander plus d’énergie) afin d’avoir au moins une embarcation sur laquelle nos affaires étaient sur de ne pas se retrouver dans l’eau.

J’ai aussi équipé 4 pattes de son gilet de sauvetage que j’avais acheté quelques jours auparavant (j’en parle plus bas ↓), attaché une longue longe de 3 mètres entre elle et moi et c’était parti, nous avons pu embarquer !

 

Nous avons donc ensuite navigué au grés de nos envies, prenant certains bras de la Loire à droite, d’autres à gauche mais toujours suivant le courant (en même temps, essayez de remonter la Loire, vous allez fatiguer plus vite que vous avancerez !). Parfois, on faisait des petites pauses, sur l’eau en se tenant les uns les autres ou sur une plage de sable. On s’est aussi baigné de temps en temps, d’ailleurs, avec les sables mouvants, le gilet de sauvetage est obligatoire même lorsque vous avez pieds. Il était prévu 8 heures complètes de navigation pour parcourir les 40 kilomètres jusqu’à Orléans, ça nous laissait donc le temps de lézarder un peu (mais pas trop !).

 

IMG_1957 copie

Et avec un chien ?

Vous vous poserez surement la question si emmener votre chien est une bonne ou une mauvaise chose. Sachez que chaque chien est différent mais tant qu’il est avec son maître, il est heureux.

Concernant 4 pattes, c’était sa première sortie en canoë et tout s’est bien déroulé. La première heure, elle était quand même effrayée. Ensuite, à force de lui parler, de lui montrer que j’étais (la maîtresse) présente et faire comme-ci tout allait bien, elle est passée à autre chose. Bon, elle ne s’est jamais couchée dans le canoë mais est restée debout ou assise jusqu’à l’extinction des feux lorsque l’on a monté la tente !

Vous aurez donc peut être un chien qui a peur de l’eau ou qui en raffole. Il faut s’adapter, le rassurer et poser les limites. La Loire est un fleuve sauvage et dangereux (courants, sable mouvants, etc.) qui n’est en aucun cas un terrain de chasse ou notre propriété. Respecter la nature, c’est aussi interdire à nos chiens de sauter sur n’importe quel oiseau ou animal qui passerai par là.

Attention aussi au soleil et bien hydrater votre chien (gamelle d’eau et pourquoi pas lui tremper les pattes ou l’entourer d’une serviette humide).

IMG_E1339 copie

Quel équipement emporter ?

Pour les humains

  • Du liquide/chèque du montant de la réservation à payer avant le départ.
  • Une tente (Absolument Canoë peut vous prêter une tente 2 SECONDS si besoin). Personnellement, nous utilisons depuis quelques années la ARPENAZ 3 FRESH&BLACK de la marque Quechua. Nous avons pris une 3 places afin de pouvoir dormir à deux + nos affaires + 4 pattes et elle est vraiment suffisamment grande (mais un peu petite pour 3 adultes avec des matelas gonflables traditionnels, nous avons essayé, c’était un désastre !). La chambre fait 190×200 cm avec une hauteur de 121 cm. Nous l’avons aussi et surtout choisi pour son poids qui est étudié pour être le plus léger possible (3,2 kg) et sa pochette compacte afin qu’elle rentre dans nos sacs de randonnée. Elle possède un Tissu FRESH & BLACK extérieur breveté qui permet vraiment d’être dans une ambiance sombre (les premières fois, on a cru se réveiller aux aurores !) et des aérations afin de garder la fraicheur (attention, ça reste une tente, sous un grand soleil, la chaleur monte quand même !). Il faut savoir aussi que Decathlon s’engage pour l’environnement et que toutes leurs tentes sont réparables dans leurs ateliers, alors ne les jetez plus ! Pour nous, cette tente est ultra complète, pratique et facile à monter (moins de 5 minutes). Seul défaut : le manque d’un auvent qui ne permet pas de laisser des affaires dehors à l’abris. Elle existe aussi en 2 SECONDS et en STRUCTURE GONFLABLE. Retrouvez tous les produits sur leur site.

 

  • Un duvet. A cette époque de l’année, les températures pendant la nuit descendent rarement en dessous de 10°C. Nous avions acheté pour notre voyage en Nouvelle-Zélande (à retrouver dans l’article Récit de notre road trip en Nouvelle-Zélande) des duvets compacts LAFUMA (toujours pour nos sacs à dos) chez Go Sport, efficaces et à un prix correct (pour le bon plan, vente-privee propose régulièrement des coupons de réduction chez Go Sport, nous les avions donc acheté à moitié prix). C’est ceux-là que nous avons utilisé pour le canoë. Aujourd’hui, la collection a changé mais il existe le même style (en plus joli !). Il faut savoir qu’ils disposent d’un rabat anti-froid avec une capuche pour les nuits fraiches. La température de confort est 10-15°C, je ne le vous conseille pas en dessous de 5°C. Ils pèsent 980g et mesure 213×80 cm. Pour les amoureux, si vous achetez les mêmes duvets, ils sont jumelables. Plus d’infos à retrouver sur leur site.
  • Un matelas. L’organisateur du canoë nous a conseillé de ne pas prendre de matelas puisque nous allions dormir sur une île et que ce soient les îles ou les plages de Loire, c’est du sable. Sur le principe, je trouve que ce n’était pas une mauvaise réflexion (d’ailleurs, lui-même le fait) mais en pratique, c’est quand même plutôt dur ! Alors, pour remédier à dormir sur le sol mais sans emporter un matelas qui prend beaucoup de place, nous avons acheté le MATELAS DE TREK 700 AIR L JAUNE FORCLAZ chez Decathlon. Il pèse 510 g, se range dans une pochette de 1,7 L et mesure 180x52x5,5 cm une fois gonflé (en 47 secondes top chrono !). Il existe aussi une taille L pour les plus grands. Concernant la température, il est conseillé de l’utiliser à partir de 10°C (car ne coupe pas tellement de la fraîcheur du sol) mais nous avons dormi dessus par des températures négatives en ajoutant une COUVERTURE DE SURVIE APTONIA en dessous. Et franchement, on dort vraiment bien dessus (même si quand on le regarde, ça parait léger !).

LRG_DSC01179 copie

  • Un oreiller. Pour ceux qui souhaitent encore un peu plus de confort. De notre côté, nous avions acheté l’OREILLER GONFLABLE AIR BASIC QUECHUA chez Decathlon. Je ne suis personnellement pas très fan car si on le gonfle à bloc, il est épais, mais si on le gonfle peu, on a l’impression d’être sur quelque chose d’instable en permanence. Du côté de Mr 2 pieds qui aime les oreillers épais, ça lui convient plutôt bien dans le cadre du camping. Mais ce que l’on préfère, c’est quand même notre COUSSIN 3 EN 1 de voyage acheté chez Nature & Découverte (deux couleurs possibles) qui est, en revanche, peu adapté dans le cas du canoë !
  • Des lampes. Vous pouvez emmener des lampes de poche à manivelle (pour les recharger sans pile) mais aussi une petite lampe de camping que vous pouvez suspendre à une toile de tente ou poser au sol. Pensez aussi aux lampes frontales qui peuvent être plus que pratiques pour les arrivées de nuit. Concernant les lampes, nous en avons deux à vous conseiller : la LAMPE FRONTALE TREKKING ONNIGHT 100 BLEUE – 80 LUMENS FORCLAZ car elle est pratique, réglable (en intensité avec une couleur rouge ou blanche et en tour de tête), légère et très peu onéreuse ainsi que la LAMPE CAMPING / CAMP DU RANDONNEUR BL 100 LUMENS BLEU QUECHUA (sur la photo ci-dessous ↓), légère, pratique car elle s’accroche ou se pose très bien, l’intensité est réglable (avec aussi les couleurs rouge ou blanche), elle prend peu de place pour une lampe de camping et est très peu onéreuse.

IMG_1956 copie

  • Des cordes pour attacher les grands sacs poubelle dans lesquels vous pourrez mettre vos tentes comme elles ne rentrerons pas dans les bidons. A acheter dans n’importe quel supermarché ou magasin du coin.
  • De l’eau potable. Parce que l’eau de Loire ne sera surement pas très bien supportée par vos estomacs ! Ces dernières années, à force de randonner avec des litres d’eau sur le dos, nous avons cherché une autre solution afin d’avoir moins de poids à porter. La gourde LIFE STRAW GO 2 AVEC PAILLE FILTRANTE CHARBON a été un peu le remède miracle. Elle est légère, possède une attache mousqueton et surtout filtre toute sorte d’eau (technologie de microfiltration par fibres creuses). Je vous conseille la GO 2 car la GO ne possède pas de filtre de charbon qui permet de réduire le chlore, les mauvaises odeurs et le goût mais aussi la concentration de matière organique soluble (pesticides, herbicides). Pour que vous compreniez un peu plus l’histoire de cette gourde, vous pouvez vous rendre sur leur site et sachez que pour chaque produit LifeStraw vendu, un enfant dans le besoin reçoit 1 an d’eau potable.

NGBD6658 copie

  • Des repas :
    • un premier déjeuner en fonction de l’heure où vous démarrez (nous nous sommes fait des sandwichs le matin avant de partir) voir un deuxième si vous prenez votre temps le deuxième et dernier jour de navigation.
    • un petit-déjeuner (qui ne craint pas le soleil et la chaleur comme du thé glacé, des pommes et des petits pains).
    • un dîner (exemple de recette végétarienne (la viande et le soleil ne font pas bon ménage !) et complète sous le titre précédent ↑).
  • Gobelets, couteaux et fourchettes, autrement dit « la vaisselle » ! Bon, les gobelets, autant vous dire qu’on n’en a pas pris du tout. On a bu les bières et l’eau à la bouteille afin d’économiser de la place. Mais sinon, je suppose que vous avez tous des gobelets en plastiques durs chez vous, ramenés d’un festival de musique, d’un événement, d’un marché de Noël, etc. Alors pensez à en emmener quelques uns en cas de besoin, ils se lavent et se récupèrent, c’est pratique et peu polluant ! Concernant les fourchettes et couteaux, comme nous en avons pris pour tout le monde et que nous mangions tous dans le même plat, nous avons pioché dans notre tiroir personnel ! En revanche, si vous prévoyez seulement pour vous ou peu de monde, vous pouvez acheter des COUVERTS AMOVIBLES EN BOIS D’OLIVIER de chez Nature & Découverte. Ils sont très pratiques, se lavent à l’eau froide et se transportent parfaitement (attention à l’aéroport en revanche, ils voyagent ou soute ou rien…).

DSC06100 copie

  • Des petits sacs poubelles. Dame Nature n’est pas capable de recycler tous vos déchets et si tout le monde s’y met, elle risque d’étouffer. Alors achetez quelques petits sacs poubelles de 10 ou 20L ou récupérez des sacs plastiques quelconques afin de ramasser vos déchets et de laisser votre campement encore plus propre que lorsque vous êtes arrivés ! De notre côté, nous transportions les déchets dans le seul canoë canadien que nous avions (les bières vides aussi !) afin que si l’un de nous se renverse dans un canoë basique, les déchets ne finissent pas au fond de l’eau.
  • Un briquet. Pour allumer le feu de camp le soir (voir informations pour le feu plus bas ↓ dans la puce Un petit barbecue).
  • Une pharmacie & des petites affaires de toilette :
    • Le papier toilette biodégradable est indispensable si vous ne souhaitez pas ramasser vos déchets après votre pause pipi. vous pouvez en trouvez sur internet mais aussi dans les magasins spécialisés.
    • Un désinfectant et un pschitt anti moustique peuvent être aussi appréciés.
    • Une crème solaire qui protège aussi bien votre peau que la planète. Car oui, dans une crème « basique », il y a des produits nocifs pour les fonds marins, les coraux et toute sorte de vie aquatique. Plusieurs marques existent dont Avène et son fluide minéral très haute protection (50+), demandez à votre pharmacien ! Concernant l’application, des informations se trouvent sur l’emballage mais je vous dirai en plus que sur l’eau, les rayons se reflètent donc que chaque partie non couverte (souvent le visage, les pieds et les mains) doit être protégée.
    • Crème hydratante (pour les peaux sensibles après un bon bain de soleil protégé) et un stick à lèvre. On l’oublie souvent mais notre bouche prend elle aussi le soleil et se dessèche rapidement lors des activités en plein air, même l’été. D’ailleurs, la plupart de nos amis ont rigolé lorsque je leur ai conseillé de prendre un stick à lèvre. Le résultat : dès que l’on est rentré le lendemain, ils m’ont demandé si je pouvais leur prêter quelque chose pour leurs lèvres qui craquaient tellement elles étaient sèches !
    • Lors de courtes randonnées, j’utilise aussi pour faire une toilette superficielle des lingettes intimes ou pour bébé (à jeter dans un sac poubelle !) mais aussi depuis quelques temps une microfibre pour le visage. Elle se présente sous la forme d’un mini gant et demande seulement de l’eau pour ensuite essuyer toute la saleté de votre journée. Je l’utilise aussi au quotidien, c’est bon pour ma peau (plutôt que de lui mettre un cocktail de 10 produits différents) ainsi que pour la planète (moins de déchets, moins de produits chimiques). D’ailleurs j’utilise aussi des microfibres dans la vie de tous les jours (d’autres bien sur !) depuis plusieurs années pour laver les surfaces vitrées, les meubles lisses ainsi que faire les poussières. Une bonne économie et en plus de demander seulement de l’eau, elles se lavent à la machine à laver avec vos affaires. Vous pouvez acheter les microfibres pour le visage en parapharmacie ou dans les magasins bio.
    • Vous pouvez aussi prendre vos affaires traditionnelles comme du dentifrice et une brosse à dent (c’est plus sympathique pour le binôme du canoë ! 😀 ).

DSC06085 copie

  • Une serviette. Pour optimiser la place et le séchage (pas toujours facile dans certaines conditions) nous avons opté pour des SERVIETTES MICROFIBRES de chez Decathlon. Il existe différentes tailles (de la plus petite à la vraiment très grande !), elles se roulent très bien pour prendre le moins de place possible et sèchent vite. En revanche, je trouve que ça laisse toujours un peu d’humidité sur la peau, contrairement à une serviette traditionnelle. Mais il faut avouer qu’elles sont quand même bien pratiques.
  • Un maillot de bain ou des vêtements qui peuvent aller dans l’eau. Personnellement, j’ai la peau blanche et fragile. Pour éviter les allergies et les coups de soleil, je portais un legging et un t-shirt manches longues avec un petit col, le tout dans une matière polyester afin que ça sèche vite et que je n’ai pas trop chaud. Il existe aussi des t-shirts anti UV pour les adultes (comme vous voyez parfois à la plage sur les enfants) mais je n’ai pas encore investi !
  • Une casquette ou un chapeau. On évite les insolations et d’avoir le nez rouge en fin de journée !
  • Des lunettes de soleil. Se protéger la peau, c’est bien, se protéger les yeux c’est encore mieux !
  • Des chaussures en plastique ou qui ne craignent pas. Si vous avez des vieilles baskets que vous souhaitez jeter, ça peut faire l’affaire mais les pieds risquent de macérer un peu en restant presque deux jours dedans. Je vous conseille donc, à moindre prix, de vous rendre dans un des magasins de sport qui se trouve à côté de chez vous et d’acheter des chaussures pour les activités aquatiques. Il en existe en plastique mais aussi dans des matières plus agréables comme en toile fine. Pour ma part, j’ai opté pour une paire peu chère il y a quelques années (car je ne fais pas du canoë toute l’année !) que j’ai trouvé chez Intersport. Elles sont très bien (même si j’ai réussi à prendre des coups de soleil à travers les petits trous !!) mais une fois mouillées, elles ont du mal à glisser sur le pied pour être enlevées. Concernant les petits cailloux et le sable, ils rentrent un peu dans la chaussure mais moins que dans des sandales en plastiques appelées aussi Méduse. Bien sur, je ne marcherais pas avec pendant plusieurs kilomètres.

DSC06087 copie

  • Un change pour la soirée et la nuit. Même en août, l’humidité de la nuit peut se faire sentir est surtout, mettre quelque chose de sec avant de dormir est plus agréable et évite les irritations. Pensez donc à un sous-vêtement, un jogging/pantalon, un sweat/polaire, un t-shirt, et des chaussures + chaussettes (ou tongs !). Au cas où, vous pouvez aussi emporter un k-way, surtout si vous n’êtes plus en plein été.
  • Jeux de carte. Nous emmenons toujours un jeux de carte ou un petit jeux facilement transportable (comme le 6 qui prend !) pour les soirées calmes.
  • Un petit barbecue ou contenant pour faire un feu le soir. Si vous ne trouvez pas d’endroit sur et que tout est sec, c’est une bonne solution pour ne pas mettre le feu aux alentours.
  • Un chargeur solaire ou batterie portable. On nous avait offert une batterie solaire UNOTEC mais même sous le soleil de la Nouvelle-Zélande, elle ne fonctionnait pas vraiment. Il lui en faut vraiment beaucoup pour se recharger et charger un appareil. Du coup, nous l’utilisons comme batterie « normale » en la chargeant traditionnellement avec une prise électrique. Ensuite, nous pouvons recharger une  fois nos deux téléphones portable (I phone 7). Mais parfois, elle ne suffisait pas à charger en plus l’appareil photo. Nous avons donc acheté une nouvelle batterie VIVIS. Elle fonctionne vraiment parfaitement et possède deux ports pour la recharger plus vite. Elle charge sans souci nos téléphones (au moins 2 fois chacun) et l’appareil photo. Bien souvent, il reste encore de l’énergie. Elle utilise aussi une technologie Pure Co Li-Polymère permettant 1000 cycle d’utilisation (le double de la plupart des autres batteries).
  • Une caméra ou appareil photo étanche. Ça, c’est pour ceux qui veulent ramener quelques images à la maison ! De notre côté, nous n’avons pas voulu emmener notre appareil photo de peur qu’il soit noyé (d’où la qualité des photos assez médiocre car ce sont des arrêts sur image de la vidéo). En revanche, nous avons  pris notre CAMERA SPORT WICAM 4K avec tous les accessoires (compatibles Gopro) nécessaires pour notre randonnée canoë (coffret étanche jusqu’à 50m et sangles pour fixation à la poitrine et à la tête). C’est une petite caméra à un prix abordable qui fait de jolies vidéos avec une petite forme arrondie (voir notre aventure sur YouTube). Elle est légère, possède un écran au dos pour visualiser ce que l’on filme et une télécommande pour la contrôler à distance. On peut aussi la connecter au téléphone en WiFi. La qualité n’est pas exceptionnelle mais le prix est attractif comparé à la marque Gopro. En revanche, la mienne ne tient pas beaucoup la batterie, on est donc souvent obligé de la recharger.

DSC06102 copie

Pour les chiens

  • Une portion de croquettes équivalent au temps de navigation (pour notre part 1 journée).
  • Une petite gamelle pour lui donner de l’eau. S’il boit dans la Loire, c’est à lui de voir, on ne peut pas tout empêcher à un animal libre. Mais sachez que l’eau peut être parfois mauvaise à cause de certaines algues. Il est donc préférable de lui donner de l’eau potable afin qu’il n’ait pas un coup de diarrhée ou qu’il soit intoxiqué.
  • Un gilet de sauvetage (ou pas !). Attention, beaucoup de chiens savent déjà nager mais certaines races comme les bouledogues français (déséquilibrés par leur ossature disproportionnée et leurs muscles) sont très mauvais nageur. Comme nous l’avons déjà vu à l’oeuvre et qu’en plus elle n’aime pas tellement mettre la tête sous l’eau, j’ai préféré (au cas où le canoë se renverse et que l’on est pris dans un courant) lui acheter un gilet de sauvetage. Je l’ai trouvé sur le site Polytrans. J’ai payé en ligne avec ma CB et reçu le colis un peu moins de trois semaines plus tard. Aucun problème à annoncer. Je l’ai pris en T3 qui correspond à du S (4 pattes est grande pour un bouledogue français femelle). Sachez aussi que le gilet dispose d’une attache et d’une petite pochette dans laquelle vous pouvez mettre un document plastifié avec vos coordonnées dans le cas où votre chien ne s’échouerait pas au même endroit que vous.
  • Une longe (assez longue pour que chacun puisse faire des mouvements sans gêner l’autre) à attacher entre votre chien et vous, si vous avez peur qu’il coule ou tout simplement qu’il parte). Attention, ne pas l’attacher à un collier (préférez un harnais si vous ne lui mettez pas de gilet de sauvetage) car il risquerait de s’étrangler. Ne pas non plus l’attacher au canoë qui pourrait, si vous chavirez, partir avec le courant et donc, avec votre chien !
  • Un tapis de voyage, sauf si votre chien est habitué à dormir sur une couverture ou sur le sol de la tente (il ne fait pas froid en août dans cette région de la France).

IMG_0241 copie

Absolument Canoë fournit…

  • Les canoës, et heureusement !
  • Les pagaies.
  • Les gilets de sauvetage pour êtres humains.
  • Des bidons étanches (en général un par canoë mais lorsque l’on est trop nombreux, on peut devoir le partager à plus de 2 personnes).
  • Les cordes élastiques pour attacher les bidons étanches.
  • Le trajet entre l’arrivée et le départ ou inversement.
  • Si besoin : tentes 2 SECONDS (qui peuvent être un peu sablées !) et réchaud.

>> Informations générales

  • Région / Département de France : Centre Val de Loire / Loiret.
  • Monnaie : Euro.
  • Décalage horaire : aucun ( France UTC+1).
  • Papier : carte nationale d’identité comme partout en France.
  • Saison idéale : le canoë se pratique plutôt en été. En revanche, certains en font à toute saison mais l’équipement n’est pas le même.
  • Transport :
    • En voiture, Orléans est à 2 heures de Paris et 130 kilomètres par l’A10 ou la N20.
    • En train, avec Intercités/SNCF, pour une moyenne de 1h20 de trajet de Paris, vous pouvez vous rendre à Orléans. Attention, il y a deux gares, celle du centre et celle des Aubrais (reliée au centre par le tram ou le train).
  • Chien : 4 pattes a été acceptée sur le canoë (demande faite lors de la réservation au préalable) sans que cela ne pose problème. Attention, chaque chien réagit différemment sur un canoë et/ou peut sauter à la vue d’un oiseau. La Loire est sauvage, dangereuse (courants, sables mouvants, etc.) et n’est pas un terrain de chasse.
  • Bon plan :
    • Il n’y a pas tellement de bon plan pour ce genre d’activité, ne serait-ce que réserver son billet de train à des horaires où les prix sont plus bas ou faire du covoiturage.
    • Concernant le matériel, vous pouvez regarder les coupons de réduction (principalement pour Go sport) sur le site vente-privee ou regarder toutes les ventes privées dédiées au sport sur Privatesportshop. Sinon, il y a les soldes ! 😉
  • Budget :
    • Pour un trajet en voiture Diesel au départ de Paris, comptez environ 20€ dont 10€ de péage si vous passez par l’A10 (sans compter l’usure de la voiture).
    • Pour un trajet en train, les prix peuvent différer d’environ 16€ à 25€ en fonction des horaires et trajets choisis. Voir le site de la SNCF.
    • Pour cette randonnée d’environ 40km en 2 jours, le prix est de 48€/adulte ou 45€/adulte si vous êtres un groupe de minimum 10 personnes (voir plus d’infos dans les informations pratiques « Où réserver un canoë autour de la Loire ? » ↑).
  • Repas :
    • Pour les repas, c’est à vous de prévoir. Je vous donne quelques idées dans le paragraphe « Quel matériel emporter ? » à la puce Des repas.
  • Logement :
    • Le bivouac est par exemple une tente que l’on monte à la tombée de la nuit et démonte au lever du jour. Il faudra apporter votre propre matériel. En revanche, Absolument Canoë peut vous prêter des tentes 2 SECONDS et un réchaud.
  • A voir / à faire :
    • Naviguer sur la Loire sur environ 40 kilomètres qui équivaut aux alentours de 8 heures à pagayer,
    • Profiter de l’ambiance sauvage du lieu,
    • Observer les oiseaux,
    • Se détendre au campement le soir autour d’une bière fraiche,
    • Profiter de la vie simplement !

⇒ Pour avoir un aperçu de nos aventures en vidéo, retrouvez-nous sur YouTube!

♥ N’hésitez pas à vous abonner et nous laisser un petit commentaire si ça vous a plu.

Et si vous aimez la nature, lisez aussi Le brame du cerf… à vélo !

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .