Le moderne Berlin Ouest

Le moderne Berlin Ouest

12 février 2018 0 Par Clarisse

Berlin ouest. Surement un peu moins passionnant que l’autre côté plus marqué par l’histoire récente du XXsiècle. Surement plus évolué, n’ayant pas connu les années de difficulté suite au communisme.

Aujourd’hui encore la différence se fait sentir.

Cet article sera un peu plus court que les autres (Sur la planète Berlin est. et Berlin entre deux mondes), un peu moins historique (quoi que… !). Mais c’est aussi un bon exemple de ce qu’est Berlin. Retrouvez donc  :

  • Le Reichstag, un des symboles de l’Allemagne ;
  • La Ku’damm ou les Champs-Élysées de Berlin ;
  • La Philharmonie de Berlin et son architecture moderne ;
  • L’église St. Matthäus-Kirche, un bon exemple d’église évangélique ;
  • La gare principale de Berlin, la plus grande d’Europe ;
  • Le château de Charlottenbourg, la plus ancienne résidence des Hohenzollern ;
  • La citadelle de Spandau, forteresse médiévale construite au XVIe siècle ;

Le célèbre Reichstag et sa coupole

On commence la visite par le palais du Reichstag, surement le bâtiment de l’Ouest le plus proche du secteur Est.

C’est vrai que c’est un peu difficile de se retrouver dans les bâtiments politiques de Berlin, aux alentours du palais. Vous avez donc dans un premier temps le Reichstag. C’est le siège du parlement de la République fédérale d’Allemagne. Ce bâtiment abrite donc le Bundestag (assemblée parlementaire de la République fédérale allemande) et le Bundesrat (assemblée des représentants des régions). Ensemble ils élaborent les lois.

Ce bâtiment de style renaissance et classique a été inauguré une première fois en 1894, il a ensuite subit des dégradations et destructions avant d’être touché par un incendie en 1933. La restauration complète est achevée en 1961.

DSC03736 copie

C’est le seul que l’on peut visiter, du moins sa coupole et la terrasse. Pour cela, il faut réserver en ligne, au moins 24 heures en avance, même si la visite est gratuite. Attention, les places partent vite et l’entrée est stricte. Je vous conseille donc de réserver dès que vous programmez votre séjour.

Il vous faudra pour l’inscription les noms, prénoms et dates de naissance de chaque visiteurs vous accompagnant et sur place, les pièces d’identité. Il faut aussi savoir que vous passez dans des portiques de sécurité, comme à l’aéroport. Alors attention à ce que vous emmenez avec vous ce jour là, ça pourrait bien vous être confisqué.

Une fois que vous avez réservé votre visite à un horaire bien précis, rendez-vous sur la droite du bâtiment pour les contrôles. Cela peut durer pas mal de temps, il y a souvent (même toujours !) la queue. Prévoyez un parapluie car la queue est à l’extérieur.

Une fois les contrôles passés, on vous guidera jusqu’à l’entrée du palais.

DSC03778 copieDSC03779 copie

Vous pouvez lire la gravure DEM DEUTSCHEN VOLK qui signifie « Au peuple allemand ». Celle-ci a été ajouté en 1916.

Après avoir passé un nouveau contrôle et les immenses baies vitrées, vous arrivez devant un ascenseur. On rentre dedans, un peu tassé, mais il parait immense car il y a des miroirs partout.

DSC03741 copie

Arrivée en haut, sur la terrasse, devant la coupole, dans le hall d’accueil, on vous donne un audio-guide. La visite sera assez longue car du toit terrasse et de la coupole, l’audio-guide vous présentera Berlin et son histoire. C’est vraiment intéressant et ça permet de comprendre beaucoup de choses. D’autant plus que la vue n’est pas des plus magnifiques. Quand on vient à Berlin, je le répète surement, mais, c’est beaucoup pour l’histoire ! Du moins, plus que pour l’esthétique de la capitale !

Faites le tour du toit terrasse pour vous imprégniez de la grande taille de cette ville et de son mélange de style.

DSC03756 copie

La coupole du toit terrasse.

DSC03752 copie

Vue sur le Tiergarten (immense parc arboré dans la ville) et la place de Potsdam avec son toit en toile en forme de volcan (voir article Berlin entre deux mondes).

DSC03757 copie

Un mélange d’époque, entre ancien et moderne, comme un peu partout dans la ville.

DSC03748 copie

Vue sur la Spree (rivière), avec derrière la place Alexandre et les dômes des cathédrales de Berlin (voir article Sur la planète Berlin est).

DSC03755 copie

Vue sur la porte de Brandebourg (voir article Berlin entre deux mondes).

Puis rentrez dans la coupole par l’entrée qui se trouve en face d’où vous êtes arrivés. La visite commence sur la droite. Vous monterez sur la plateforme et avancerez doucement afin que l’audio-guide détecte où vous êtes et puisse vous parler de ce que vous voyez. Rien à faire, qu’à écouter et monter lentement.

DSC03758 copieDSC03764 copie

Lorsque j’étais presque au sommet, la pluie s’est mise à tomber et la vue commençait à se boucher. Si vous le pouvez, faites cette visite un jour de temps clair, du moins à basse altitude !

DSC03767 copieDSC03769 copie

Arrivée en haut, il fallait redescendre. Traversez, la sortie est en face, afin de redescendre de la même façon mais par une autre plateforme, qui tourne toujours à l’intérieur de la coupole.

Attention s’il pleut, le toit est ouvert à son sommet !

DSC03772 copieDSC03774 copie

Pour partir, attendez que l’on vous dise de monter dans l’ascenseur. Ensuite, c’est comme lorsque vous êtes rentrés mais à l’inverse !

Autour de ce palais, symbole de Berlin et de l’Allemagne, se trouvent aussi deux autres bâtiments.

La Chancellerie fédérale rassemblant les services du chancelier fédéral allemand.

DSC03733 copie

Ainsi que la Paul-Löbe-House ou bureau gouvernemental, sur la Spree.

Celui-ci se veut transparent par son architecture. Vous remarquerez ses immenses baies vitrées sur toutes les façades. C’est un héritage de la Seconde Guerre mondiale. Un allemand m’a raconté en 2013 qu’avec cette transparence, le gouvernement ne pouvait plus rien cacher au peuple. Je simplifie un peu mais c’est une belle image.

DSC03739 copie

›› Infos pratiques :

  • Qui ?
    • Pour tout le monde.
  • Quoi
    • Rentrer dans un des bâtiments du gouvernement allemand.
    • Avoir accès à une vue sur Berlin expliquée par un audio-guide.
  • Où ?
    • Scheidemannstraße 2, 10557 Berlin.
  • Quand ?
    • Tous les jours de 8h00 à minuit (dernière entrée à 22h00).
    • Réservation obligatoire sur le site.
  • Comment ?
    • A pied, en voiture, en métro…
  • Combien ?
    • Gratuit mais réservation obligatoire sur le site.
  • Pourquoi ?
    • Entrer dans un bâtiment du gouvernement allemand.
    • Comprendre le fonctionnement de la politique allemande (avec des mots simples !).
    • Avoir une vue sur Berlin (pas très haute) et des explications sur tout ce qui nous entoure au moment présent.
    • Observer la coupole de près et ses jeux de miroirs.
    • Manger au restaurant sur la terrasse du Reichstag (c’est mieux de réserver car il y a beaucoup de monde).

Les Champs-Élysées de Berlin

Quand on parle du côté Ouest de Berlin, on pense d’abord à la Ku’damm. Diminutif de Kurfürstendamm, c’est une avenue de 3,5 kilomètres traversant 3 quartiers. Mais nous nous concentrerons plutôt aux alentours de l’église du souvenir, de la sculpture Berlin et de l’ancien magasin de l’ouest.

DSC03565 copieDSC03595 copie

Nous sommes arrivées pour cette balade par l’Augsburger Straße car nous avons bruncher dans un petit café littéraire bien sympathique. Vous pouvez le retrouver dans l’article Manger à Berlin.

KaDeWe.

Avant la grande avenue surnommée Ku’damm, nous sommes passées par la Tauentzienstraße où se trouve le KaDeWe ou Kaufhaus des Westens soit « Magasin de l’Ouest« .

DSC03576 copie

Ce célèbre magasin s’étend sur 60 000 mètres carrés au sol et sept étages dont deux étages panoramiques dédiés à la gastronomie, soit le plus vaste magasin d’Europe. Inauguré en 1907 il a connu de nombreux tourments et hauts en fonction des périodes dans lesquelles Berlin était plongée : Première Guerre mondiale, les Années folles, la Dépression, la Seconde Guerre mondiale, le miracle des années 50, la Guerre froide, puis tout va mieux depuis la réunification de l’Allemagne en 1989.

DSC03575 copie

A toute époque où tout allait bien, il a fait la fierté de la nation et celle de l’Ouest, pointant le doigt sur le pouvoir d’achat positif du pays traduisant une économie en forme. Aujourd’hui encore, on peut dire que c’est un temple de la consommation.

D’ailleurs, en parlant de consommation, j’ai pris une photo (ci-dessous) qui au premier abord n’a aucune utilité, mais je vous explique pourquoi. Connaissez-vous le film Good Bye, Lenin! de Wolfgang Becker ?

L’histoire se déroule pendant la Guerre froide. Un fils et sa mère, vivant en République Démocratique Allemande (RDA) rencontrent certaines difficultés lors du 40e anniversaire de la RDA suite à l’infarctus de Christiane (la maman) qui la plonge dans le coma. C’était le 7 octobre 1989. Huit mois plus tard, lorsqu’elle se réveille, tout a changé. Le mur qui séparait la ville de Berlin a été détruit et l’Allemagne est en train de redevenir qu’un seul et même pays. Pour éviter un second infarctus, Alexander (le fils) fait tout pour que sa mère ne remarque pas la fin de la RDA. Il lui ramène des journaux de l’époque qu’il peine à trouver, toujours avec l’indication du prix dans la monnaie de la RDA, etc. Mais un jour sa mère ouvre les rideaux et découvre une grande affiche publicitaire Coca-Cola sur un immeuble, juste en face. La suite de l’histoire, je vous laisse la découvrir par vous-même !

Il faut savoir qu’à l’époque de la Guerre froide, les USA étaient les ennemies de la RDA communiste et les alliés de la RFA (ils « possédaient » même une partie de l’Allemagne et de Berlin avec les français et les anglais du côté Ouest). L’Est de Berlin et de l’Allemagne ne commercialisaient donc pas de Coca-Cola, de bananes et tout produit venant du continent américain.

Voilà pourquoi cette affiche m’a replongé dans cette histoire !

DSC03593 copie

Berlin de Martin et Brigitte Matschinsky-Denninghoff.

Deux grands anneaux déformés, proche de l’avenue Ku’damm, dansent sur la Tauentzienstrasse. C’est l’oeuvre de Martin et Brigitte Matschinsky-Denninghoff.

Elle représente les contours de Berlin-Ouest et Berlin-Est qui tentent de se rejoindre sans jamais se toucher. C’est depuis 1987 qu’elle trône sur le Boulevard des sculptures qui devait être éphémère, avant que le Sénat de Berlin ne se décide à acheter trois des sept sculptures dont celle-ci.

En arrière plan de la photo, sur la droite (le point suivant) : l’église du souvenir.

DSC03598 copie

L’église du souvenir.

En continuant notre chemin et en arrivant sur la Kurfürstendamm, nous avons pu apercevoir de loin l’église du souvenir ou Gedächnichtkirche.

DSC03636 copieDSC03637 copie

Comme vous pouvez le voir sur les photos, son dôme le plus haut et le plus ancien est détruit. Elle aussi a connu des désagréments suite à la Seconde Guerre mondiale, seul son clocher principal a tenu le coup.

Sa partie la plus ancienne, dans un style néo-roman, a été construite en souvenir de l’Empereur Guillaume I, le premier empereur d’Allemagne de 1861 à 1888. Aujourd’hui, cette partie présente une exposition de photographies de l’église et de ses environs avant et après la guerre. Vous pourrez aussi y découvrir de superbes mosaïques, en bon état pour certaines.

DSC03620 copieDSC03602 copieDSC03613 copieDSC03616 copieDSC03615 copie

A côté de celle-ci a été construite une église beaucoup plus récente, attenante à l’ancienne, comprenant un bâtiment octogonal et un clocher (sous les échafaudages au moment de la photo, à droite).

Lorsque vous rentrez dans cette église moderne, une sensation de jamais vu vous envahie !

Sa forme n’est pas commune ; ses vitraux sont dans la même teinte bleue, massifs et assez sombres ; le Christ vieilli est en or, une sculpture récente et une représentation plutôt artistique que réaliste ; des lumières puissantes éclairent la pièce ; le sol au dessus duquel le Christ vole est fait de pavés ronds, plus géométriques les uns que les autres ; les chaises sont toutes rangées dans le même alignement, dans la même teinte ; ce jour là il y avait une répétition d’orge, cela donnait une toute autre dimension.

DSC03604 copieDSC03610 copieDSC03611 copieDSC03606 copieDSC03605 copie

Les alentours.

Continuez à vous promener quelques minutes dans ces rues. Vous découvrirez des bâtiments anciens, des modernes, des encore plus récents. Un mélange assez étonnant qui est plutôt courant dans la ville de Berlin. Une reconstruction d’après guerre bien souvent.

DSC03626 copieDSC03630 copieDSC03631 copieDSC03635 copie

›› Infos pratiques :

  • Qui ?
    • Pour tout le monde.
  • Quoi ?
    • Observer des souvenirs de l’histoire allemande et les architectures mélangées de Berlin.
  • Où ?
    • Autour des avenues Kurfürstendamm et Tauentzienstrasse, 10789 Berlin
  • Quand ?
    • Tous les jours de l’extérieur.
    • Tous les jours de 9h à 19h pour l’église du souvenir.
  • Comment ?
    • A pied, en voiture, en métro…
  • Combien ?
    • Gratuit.
  • Pourquoi ?
    • Comprendre le construction de ses bâtiments autour du souvenir.
    • Observer des architectures bien différentes, de l’ancien au récent.
    • Voir une église jamais vu auparavant.
    • Faire un peu de shopping et manger dans le KaDeWe.
    • Observer l’expression d’une oeuvre connue Berlin.
    • Se promener dans les rues de Berlin.

La Philharmonie de Berlin

Derrière la place de Potsdam, à quelques pas, se trouve un bâtiment moderne, un des symboles de la ville. La Philharmonie a été détruite pendant la guerre, c’est par la suite que l’on en construira une nouvelle, achevée en 1963.

L’architecte, Hans Scharoun, propose avec ce nouveau bâtiment un nouveau concept de salle de concert : l’orchestre se trouve au centre de la salle. Habituellement, on avait une vue frontale sur l’orchestre. Ce changement permet de voir les musiciens avec d’autres perspectives.

Cette salle de concert a donc été construite autour de l’orchestre, c’est ce que l’on appelle l’architecture organique. Suite aux recherches de Frank Lloyd Wright, qui partait du principe que l’architecture devait se développer comme un organismese déplierait depuis l’intérieur d’une graine, des bâtiments comme celui-ci sont nés. L’architecte américain disait aussi en 1939 dans Une architecture organique que celle-ci déterminait « la forme par le biais de la nature et des matériaux« . Plutôt novateur lorsque l’on est encore en plein dans le mouvement moderne du XXe siècle !

DSC03888 copie

Les Berlinois ont donc trouvé un surnom à cette salle de concert en forme de chapiteau : « Zirkus Karajani ». Zirkus signifiant le cirque en allemand et Karajani étant dérivé du nom du chef d’orchestre de l’époque, Herbert von Karajan. Ils en ont de l’imagination !

Si vous pouvez vous y rendre de nuit, plus facile en novembre car la nuit arrive à partir de 16h30, vous pourrez découvrir sa couleur or qui ressort à travers les différents arbres et le ciel bleu marine.

DSC03914 copie

Et pour visiter l’intérieur, achetez un ticket pour aller écouter un concert. Je ne l’ai encore jamais mais j’irai surement un jour !

›› Infos pratiques :

  • Qui ?
    • Pour tout le monde.
  • Quoi ?
    • Observer un exemple d’architecture organique.
  • Où ?
    • Herbert-von-Karajan-Straße 1, 10785 Berlin.
  • Quand ?
    • Tous les jours de l’extérieur.
    • En fonction des concerts et de votre ticket pour l’intérieur !
  • Comment ?
    • A pied, en voiture, en métro…
  • Combien ?
    • Gratuit de l’extérieur.
    • En fonction du concert pour l’intérieur.
  • Pourquoi ?
    • Comprendre ce qu’est l’architecture organique.
    • Se faire plaisir aux yeux de nuit !

Une église évangélique

En traversant la rue Scharounstraße, du même nom que l’architecte de la Philharmonie de Berlin, vous tomberez sur une église protestante et plus précisément évangélique. La St. Matthäus-Kirche de style néo-roman.

DSC03895 copie

Bon, elle ne vaut pas non plus le déplacement si vous n’avez pas le temps. Mais si vous souhaitez flâner quelques instants supplémentaires dans le coin, c’est un bon exmple d’église évangélique, minimaliste, simple, sans artifice et épurée.

›› Infos pratiques :

  • Qui ?
    • Pour tout le monde.
  • Quoi ?
    • Voir une église évangelique.
  • Où ?
    • Matthäikirchplatz 1, 10785 Berlin.
  • Quand ?
    • Du mardi au dimanche de 11h à 18h.
  • Comment ?
    • A pied, en voiture, en métro…
  • Combien ?
    • Gratuit.
  • Pourquoi ?
    • Voir un exemple d’église évangélique, minimaliste.

La gare centrale de Berlin

Après 11 ans de travaux, la Lehrter Stadtbahnhof devient la Berlin Hauptbahnhof, réouverte en 2006. C’est la gare la plus grande d’Europe avec deux niveaux principaux pour la circulation des trains et trois niveaux de correspondance et commerciaux. Autant vous dire que l’on se perd vite dans les escalators !

C’est une gare très lumineuse où il est agréable de prendre un café en attendant son train. Les plafonds comme les murs sont bien souvent vitrés laissant passer la lumière du jour. Vous pourrez aussi faire quelques emplettes, manger, lire ou acheter des fleurs.

DSC03729 copieDSC03723 copieDSC03724 copieDSC03722 copie

Si vous passez par cette gare pour un trajet quelconque ou que vous y descendez, deux mises en garde :

  • D’abord, les descentes (en général) se font rapidement. Lorsque le contrôleur annonce l’arrivée en gare, préparez-vous, vous aurez seulement quelques instants pour descendre. Je me suis déja retrouvée dans une autre gare à cause de cela, avec une valise de 30 kilos puisque je venais y habiter pour quelques mois. C’était la première fois, j’étais jeune, je m’en rappelle encore même si tout s’est bien passé !
  • Ensuite, il faut savoir que contrairement à Paris où les grandes gares sont souvent des terminus, à Berlin, les trains font seulement une pause de quelques minutes avant de repartir vers une autre destination. Attention donc, vous pouvez vous retrouver à Hamburg ou dans une autre ville d’Allemagne. Le billet de train devient vite cher dans ces cas-là et les distances ne sont pas minimes !

›› Infos pratiques :

  • Qui ?
    • Pour tout le monde.
  • Quoi ?
    • Observer la plus grande gare de l’Europe et prendre son train/métro !
  • Où ?
    • Europaplatz 1, 10557 Berlin.
  • Quand ?
    • Tous les jours.
  • Comment ?
    • A pied, en voiture, en métro…
  • Combien ?
    • Gratuit si vous faites que y passer à pied.
  • Pourquoi ?
    • Découvrir la plus grande gare d’Europe.
    • Observer une architecture aérée.
    • Manger, boire, lire ou acheter des fleurs.
    • Prendre son train ou son métro bien sur !

Le château de Charlottenbourg

Ce château, le plus grand palais de Berlin, nous n’avons pas eu le temps de le visiter durant notre court weekend de 3 jours (vols compris). Je l’ai visité en 2013, il est donc possible que certaines choses aient changé et la photo n’est pas de la même qualité que mes photos actuelles, vous m’en excuserez !

C’est la plus ancienne résidence des Hohenzollern. Du Moyen Age au XXe siècle, cette famille régna sur la Prusse (1701-1918), sur l’empire d’Allemagne (1871-1918) et sur la Roumanie (1866-1947). Au départ, modeste famille, propriétaires de terre dans la région Souabe (Sud de l’Allemagne), ils sont à l’origine de la Prusse et l’Allemagne moderne. Cette dynastie finira par se séparer en deux ; les protestants au nord (Berlin principalement) et les catholiques au sud (dans la région souabe, je vous ai d’ailleurs déjà partagé sur Instagram et Facebook quelques photos du château « dans le ciel » comme je l’appelle, proche de Tübingen, j’y reviendrai dans un prochain article 😉 ).

Voici donc un château qui connut plusieurs rebondissements. Au départ appelé Lietzenbourg, il a ensuite pris le nom de Charlottenburg, par choix de Frédéric III suite à la mort de sa femme Sophie-Charlotte, qui ne connut jamais le château terminé (avec l’orangerie et les tourelles). Plus tard, il a été fortement endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale à cause des bombardements, à tel point que lorsque nous l’avons visité, les murs du premier étage ressemblaient aux murs que nous connaissons dans nos logements neufs, du placo et un coup de peinture !

Mais le rez-de-chaussée est quasiment intact. De style rococo, le château abrite une collection de peinture française du XVIIIe siècle, la plus importante hors de France. On peut découvrir les salles baroques, les appartements royaux, les collections de porcelaines chinoise et japonaise, les pièces d’argenterie puis, dans la nouvelle aile ajoutée par Frédéric le Grand, du mobilier précieux et un luxeux décor rococo. Un audioguide en français vous est donné à l’entrée et permet donc de bien comprendre chaque salle.

Il faut savoir que ce château a connu aussi différents travaux d’agrandissement. Le Belvédère avec son ancien salon de thé abrite aujourd’hui un musée de la Porcelaine. Il faut aussi vous rendre au mausolée et au Neuer Pavillion (littéralement « nouveau pavillon »), un petit salon néoclassique copié sur une villa napoléonienne. Vous trouverez cela dans le parc à l’anglaise avec ses jardins à la française. Et oui ! C’est assez rare de trouver deux types de jardin comme cela. Au départ, c’est l’élève de André le Nôtre, jardinier principal de Louis XIV à Versailles qui a créé les jardins baroques. Plus tard, la mode évoluant, c’est un parc de style anglais qui fût repensé.

Charlottenburg Berlin copie

Si vous cherchez des événements autour du château, il propose de temps en temps des concerts et dîners de gala dans l’ancienne orangerie et en costumes d’époque. En période de Noël vous pouvez aussi profiter du marché. Pour les enfants, il est possible de fêter son anniversaire maquillés et habillés de costume.

›› Infos pratiques :

  • Qui ?
    • Pour tout le monde.
  • Quoi ?
    • Plonger dans l’histoire de la royauté berlinoise.
  • Où ?
    • Spandauer Damm 10, 14059 Berlin.
  • Quand ?
    • Vieux château :
      • avril à octobre : du mardi au dimanche de 10h à 18h.
      • de novembre à mars : du mardi au dimanche de 10h à 17h.
    • Les jardins ferment une heure après le château dans mon souvenir.
  • Comment ?
    • A pied, en voiture, en métro…
  • Combien ?
    • Vieux château : 10€/adulte et 7€/tarif réduit.
    • Gratuit pour les jardins.
  • Pourquoi ?
    • Comprendre la vie de château à Berlin à l’époque baroque.
    • Découvrir des collections d’arts en tout genre.
    • Se promener dans les jardins.
    • Profiter d’événements comme un marché de Noël, un concert et dîner de gala en costume d’époque ou un anniversaire princes/princesses pour les enfants.

La Citadelle de Spandau

Connue comme le plus ancien bâtiment de Berlin, c’est une forteresse médiévale en brique construite en 1559. Elle s’inspire des modèles italiens dit imprenables, c’est-à-dire de forme carré, composés de quatre bastions en pointe à chaque angle afin de ne pas avoir d’angle mort.

Située à la confluence de la Havel et de la Spree (rivière que vous retrouvez entre la gare centrale et le Reichstag), la citadelle forme une île. Elle a principalement été construite pour protéger la ville de Spandau (qui aujourd’hui est un quartier de Berlin).

Comme pour le château de Charlottenbourg, j’ai effectué cette visite en 2013. Le déroulement de la visite peut donc avoir changé.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La citadelle connut plusieurs fonctions : elle servit d’usine de munitions pendant la Guerre de Trente Ans et de laboratoire d’élaboration de gaz de défense lors de la Seconde Guerre mondiale.

Lors de la visite (guidée ou avec un audioguide en français), vous aurez des informations sur différents lieux : à quoi ils servaient, dans quel but, comment, etc. Dans l’ancienne maison de commandement, une exposition permanente est ouverte : le musée d’Histoire locale de Spandau, qui retrace l’histoire de la région de la préhistoire jusqu’à nos jours.

La citadelle propose aussi un festival, chaque été, le Citadel Music Festival avec des artistes nationaux et internationaux.

Pour les enfants (et pour les grands !), une visite guidée existe à la rencontre des chauve-souris et autres chiroptères cachés dans la cave.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

S’il vous reste encore un peu de temps après la visite, promenez vous dans le quartier de Spandau. C’est un quartier plutôt résidentiel mais très sympathique.

›› Infos pratiques :

  • Qui ?
    • Pour tout le monde.
  • Quoi ?
    • Plonger dans l’histoire d’une forteresse médiévale.
  • Où ?
    • Am Juliusturm 64, 13599 Berlin
  • Quand ?
    • Tous les jours de 10h à 17h.
  • Comment ?
    • A pied, en voiture, en métro…
  • Combien ?
    • Entrée : 4,50 €/adulte et 2,50 € pour les tarifs réduit.
    • Audioguide : 2€.
  • Pourquoi ?
    • Comprendre la vie d’une forteresse médiévale.
    • Découvrir à travers le musée la vie de la préhistoire à aujourd’hui dans cette région.
    • Voir des chauve-souris et autres chiroptères cachés dans la cave.
    • Profiter d’événements comme le festival de musique chaque été.

Maintenant que l’on s’est bien cultivé, prêt à manger et faire la fête à la berlinoise ?

→ RDV dans les articles Une soirée berlinoise et Manger à Berlin !

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .